Samedi 9 octobre 2021 à 19h

L' Entrée en résistance

de et par
Christophe Dejours
Alexandrine Brisson
Jean-Pierre Bodin

Compagnonnage
Jean-Claude Fonkenel et Jean-Louis Hourdin

 

Réalisation, images et montage Alexandrine Brisson


Chef opérateur Pierre Befve

Montage et conception vidéo Gyomh

Musiques BachMendelssohn, Schubert , Carbon Killer

Lumières et régie générale Philippe Terrasson

Régie vidéo Gyomh

Construction Nicolas Forge

 

 

 

↘Production Cie La Mouline
↘ Coproduction Les Tréteaux de France – Centre dramatique national,
Office artistique de la région Nouvelle-Aquitaine & La Mégisserie scène conventionnée pour les arts les imaginaires et l’éducation populaire
↘ Accueil en résidence Le Moulin du Roc, scène nationale à Niort
↘ Ce projet a reçu le soutien de la DRAC Nouvelle Aquitaine, la région Nouvelle Aquitaine, le conseil départemental des Deux Sèvres & de la ville de Niort

Sur scène, le chercheur Christophe Dejours, le comédien Jean-Pierre Bodin et la musicienne/réalisatrice Alexandrine Brisson s’interrogent: au sein de son entreprise, comment permettre à la pensée de se remettre en marche ? Comment reprendre la main sur l’aliénation ? Par l’union du théâtre et de la recherche critique en sciences du travail, L’Entrée en résistance pose la question de l’émancipation individuelle et collective. Et suggère qu’il n’y a pas de fatalité !

EXTRAITS DE PRESSE :


… à réfléchir avec Christophe Dejours on se sent devenir plus intelligent, tant il est lumineux, à la fois simple et profond (…) Des gens debout comme des arbres (…) spectacle qui se termine sur des mots d’espoir et d’inventivité… Jean Luc Porquet LE CANARD ENCHAINE

Spectacle singulier et éclairant, L’Entrée en résistance croise le travail du comédien et metteur en scène Jean-Pierre Bodin, l’interprète du forestier, et de la réalisatrice et musicienne Alexandrine Brisson, dont les somptueuses images de forêt diffusées sur de grands panneaux rendent présente la beauté. S’y ajoutent les analyses passionnantes du psychanalyste et clinicien du travail Christophe Dejours. Entre deux récits du forestier, il décrit les mécanismes psychiques à l’œuvre dans la souffrance au travail, le sentiment de perte de sens et d’éthique. Mais il indique aussi les conditions d’une résistance salvatrice. Corinne Renou-Nativel LA CROIX

La pièce, acte de résistance, débouche sur une réflexion plus globale. « Je crois, dit Christophe Dejours, que la jonction entre théâtre et ce qui reste de la recherche critique, constitue un pôle essentiel de développement d’une pensée sur la résistance et au-delà, sur l’émancipation individuelle et collective ». Après chaque représentation, les débats vont bon train. Le théâtre engagé a donc encore sa place… Mireille Davidovici Théâtre du blog

Les très belles images des branchages enneigés et des yeux fureteurs des oiseaux, estampes vidéo mobiles et immobiles à la fois, filmées par Alexandrine Brisson, et quelques moments musicaux donnent à la soirée sa part esthétique. Bodin est lui-même un comédien d’une présence étonnante, qui semble vouloir s’effacer alors que la diction est d’une précision à ne rien laisser dans l’ombre (…) Christophe Dejours élargit le contexte et développe cette notion de « résistance » – pour lui fondée sur une organisation solidaire et joyeuse… Gilles Costaz – Web theatre

«… le théâtre peut agir en contrebande, surtout quand il fait œuvre de beauté, associée à la recherche critique». Evelyne Trân Blog du monde libertaire