Spectacle à venir

Britannicus
de Jean Racine

À partir du 8 juin 2019

mardi 20h ; mercredi, jeudi 19h ; vendredi 20h30 ; samedi 18h ; dimanche 16h

C’est une tradition pour l’Artistic Théâtre d’accueillir en résidence ses acteurs proches et de leur donner la possibilité de présenter en ses murs un projet, ou une étape de création : Catherine Salviat pour Notre cher Anton, Jacques Bondoux et la Sentimentale Compagnie, Thomas Le Douarec, Frédérique Lazarini et la compagnie Minuit Zéro Une, Stéphanie Tesson et la Phénomène et compagnie – pour ne citer que quelques-unes de ces collaborations – ont tous bénéficié d’un espace, d’un soutien logistique et matériel au théâtre et au sein de l’équipe des Athévains.

Philippe Lebas, qui interprète Acres dans les Rivaux, a choisi la tragédie de Britannicus et aborde cette oeuvre en duo avec Christine Joly.

Britannicus est un récit à plusieurs voix, celui d’une émancipation. Non pas celle de celui qui donne son nom à la pièce, mais celle de celui qui en est le héros caché : Néron.

Sa mère Agrippine l’a porté jusqu’au trône de l’Empire, l’a installé dans le rôle de César.

Néron s’affranchit de son encombrant soutien et son émancipation va prendre un tour incandescent.

Nous allons assister à la fin de tous ceux qui mettaient un frein aux désirs de Néron : son frère Britannicus ; sa mère Agrippine ; le consul : Burrhus ; son allié Narcisse ; son amour Junie. Tout est consommé, tout est consumé. Ne reste qu’un paysage en cendre que décrit le récit halluciné d’Albine.

Racine a composé un magnifique trompe l’œil. Que nous parlions, que nous agissions, que nous nous opposions ou que nous nous aimions, ce que nous nous ingénions à obtenir, les ruses de la vie nous en éloignent sans cesse et c’est ce que nous ignorions vouloir que nous obtenons finalement.

Les personnages, malgré tout leur orgueil, sont le jouet de quelque chose qu’ils ignorent : la Providence, l’amour-propre, le désir inconscient.


Philippe Lebas
Formé au Théâtre National de Strasbourg, Philippe Lebas a connu les premières heures de la compagnie Les Athévains : La Ville Marine de Jacques Guimet, L’Etrange histoire de Peter Schlemil de Adalbert von Chamisso et plus près de nous L’Habit vert de Robert de Flers et Gaston Caillavet ou George Dandin de Molière.

Il est engagé dans le vaste projet de Christian Benedetti : Tchekhov l’Intégrale et a joué cette année dans Ivanov après La Cerisaie.

Il s’est inscrit dans de nombreuses collaborations – Christian Benedetti, Sylvie Mongin-Algan, Alain Bézu, Gilles Bouillon, Jacques Kraemer, Jean-Pierre Berthomier – tout en jouant pour différents metteurs en scène : Victor Garcia, Jean-Pierre Vincent, Jean-Marie Villégier, Agathe Alexis, Philippe Berling, Jean-Claude Penchenat, Jean Maisonnave, Christian Rist, Michel Didym, l’équipe du théâtre de l’Éphémère.

Il mène régulièrement des projets avec des musiciens : Guillaume de Chassy, Benjamin Pionnier, Jean-Baptiste Couturier, Gilles Deliège, Maël Bailly.

Sur les écrans, il a joué le docteur Sheffield dans la série Lazy Company écrite par Samuel Bodin et Alexandre Philip et réalisée par Samuel Bodin. Il enchaîne les tournages pour différents téléfilms et courts métrages (Jean-Xavier de Lestrade, Geoffroy Reno, Léopold Bellanger, Antoine Giorgini) et le premier long métrage d’Alex Guéry : Près de moi.

Il poursuit depuis 1998 une activité de pédagogue au CRR de Tours dont il dirige le département théâtre.


Christine Joly
Après avoir intégré la troupe universitaire de Lyon, Christine Joly entre à l’école du TNS puis elle joue dans une cinquantaine de spectacles et créations théâtrales, une quinzaine de séries télévisée et une dizaine de films, longs et cours métrages.

Elle a mis en scène plusieurs pièces en Russie et également en France dans le cadre de l’enseignement (Saint-Étienne, Poitiers, Tours).

Elle est très engagée dans la transmission du théâtre auprès de publics variés et dans des cadres variés (Écoles supérieures, CNAM, maisons d’arrêt, IUFM, lycée…).

Installée à Tours depuis peu, elle est sollicitée par Théâtre à Cru, l’Université François Rabelais, le CRR Francis Poulenc pour des mises en scène et des ateliers de formation.

Elle est souvent appelée à animer des stages de formateurs un peu partout en France et prochainement en Guadeloupe.

Nous n’en savons guère davantage pour l’instant mais vous proposons d’ores et déjà de bénéficier pour ce spectacle, en tant que spectateur des Rivaux, d’un tarif privilégié de 10 € sur présentation de ce tract.

 

britannicus affiche

Regarder le teaser :

 

Revue de presse :

La Terrasse  (28 mai 2019)
Théâtre en mots (14 juin 2019)
De la cour à jardin (17 juin 2019)
Critique Théâtre Clau (17 juin 2019)